L’amharique et ses répétiteurs aux Langues O’

Negga Delombera

L’amharique et ses répétiteurs aux Langues O’[1]

La création de l’enseignement de l’amharique à l’École des langues orientales vivantes date de 1898. Le premier enseignant fut Casimir Mondon-Vidailhet (1847-1910), avec une charge de cours.

Mondon-Vidailhet meurt en décembre 1910 après 10 ans d’enseignement de l’amharique, Marcel Cohen (1884-1974) le remplace en novembre 1911 en tant que chargé de cours.

La chaire d’amharique est créée en 1926 et Marcel Cohen est nommé professeur titulaire.

Agrégé de grammaire, arabisant, initié aux langues sémitiques d’Éthiopie, il enseigne la langue amharique et la civilisation éthiopienne.

De 1937 à 1939, Marcel Cohen est détaché à la Caisse nationale de la recherche scientifique. Il est alors provisoirement remplacé par ses élèves les plus avancés, tous deux d’origine polonaise : Wolf Leslau qui enseigne la langue et Déborah Lifchitz qui assure les cours de civilisation.

Wolf Leslau sera alors assisté de deux Éthiopiens chargés de donner les heures de répétition.

C’est donc à partir de 1937 que l’amharique a des répétiteurs. Les premiers sont :

1.        – Mäkbeb DämmäTä (Makbeb Demté)

2.        – Täklé Gourmou (Teklé Gourmou) (qui apprendra le tigrigna à Wolf Leslau)

La section d’amharique a eu en tout 8 répétiteurs : 7 répétiteurs et 1 répétitrice :

1.        1937-1938 – Makbeb Demté [Mäkbeb DamTé]

2.        1938-1939 – puis de 1945-1956 – Teklé Gourmou [Täklé Germu]

3.        1942-1945 – Taffäsä Habtmikaél [Taffäsä Habtä Mikaél]

4.        1956-1959 – Joseph Mokrea [Yosef Mäkrurya] (Addis Abeba, 1926- ?)

5.        1959-1965 – Berhanu Abebe [Abbäbä] (Addis Abeba, 1932- )

6.        1965-1977 – Abba Jérôme [Gäbrä Mädhen Gäbrä Musé] (Érythrée, 1881- ?)

7.        1975-1974 – Makonnen Argaw [Mäkwännen] (Addis Abeba, 1935- ?)

8.        1974- 2014 – Meaza H. Revol-Tissot (Asmara, 1949 – )

Qui étaient ces répétiteurs ?

1.        1937-1938 – Makbeb Demté [Mäkbeb DamTé] 1926- ?)

Premier répétiteur, il est ingénieur radio-électricien des PTT et donne quelques heures de répétition. Après 1 an d’exercice, il est remplacé par Teklé Gourmou.

2.        1938-1939 – Teklé Gourmou [Täklä Berhan Germu] 1912- ?)

Également ingénieur radio-électricien, mais naturalisé français, il est mobilisé.

Après la guerre, il reprendra ses enseignements de 1945 à 1956. Mais, accusé par le gouvernement éthiopien d’avoir diffusé deux poésies satiriques en Éthiopie, le gouvernement [Guy] Mollet le fait chasser de l’École malgré la résistance de celle-ci et sans que sa nationalité française lui ait été de quelque protection que ce soit.

Il aura assuré, en deux temps, 12 ans d’enseignement en charge de cours et en répétition.

Teklé Gourmou est né le 1er octobre 1912, à proximité d’Asmara (Érythrée), dans une famille catholique. Il étudie le tigrigna et l’italien chez les missionnaires. Puis, s’enfuit en Éthiopie. Il parfait son amharique et obtient une bourse du gouvernement éthiopien pour aller étudier au lycée français d’Alexandrie où il obtient son baccalauréat.

Et en 1932, il intègre l’École des ingénieurs des PTT de Vanves dont il sortira sous-ingénieur radio-électricien. En 1935, lorsque l’Italie attaque l’Éthiopie, il rejoint les troupes impériales et il est chargé de la direction générale des télécommunications pour la région du Godjam. Après le départ en exil de l’empereur Haylä Sellassé, il poursuit la lutte avec quelques centaines de patriotes.

De retour en France, il succède à Langues’O à Makbeb Demté un autre élève de l’école de Vanves. Mais, naturalisé français, il est mobilisé en 1939 et doit suspendre son enseignement. En 1945, il reprend son enseignement à Langues’O, en charge de cours de jusqu’en 1949, puis comme répétiteur de 1949 à 1956.

Entre temps, il réussit un concours de l’Éducation nationale et devient professeur de l’enseignement secondaire. Il enseigne l’électricité dans des établissements techniques dont le lycée nationalisé Pierre et Marie Curie de Sens.

3.        1942-1945 – Taffäsä Habtmikaél [Taffäsä Habtä Mikaél]

Pas d’information.

4.        1956-1959 – Joseph Mokrea [Yosef Mäkrurya] (Addis Abeba, 1926- ?)

Pas d’information.

5.        1959-1965 – Berhanu Abebe [Abbäbä] (Addis Abeba 1932)

Berhanu Abebe est né le 4 octobre 1932 à Addis Abeba, dans une famille catholique du Choa. Il fréquente l’école traditionnelle, puis les cours de l’Alliance française et ceux du lycée franco-éthiopien Guebré Mariam [Gäbrä Maryam]. Après son baccalauréat, il poursuit ses études de Droit à Paris.

En 1959, il devient répétiteur d’amharique à la suite de Joseph Mokrea (1956-59) tout en préparant son doctorat de 3e cycle d’ethnologie juridique à Langues’O sous la direction de Joseph Tubiana.

En 1965, il rentre en Éthiopie et occupe des postes importants dans la fonction publique. Il est entre autres : directeur de la Fondation du Prix Haylä Sellasé ; directeur adjoint du Chemin de fer franco-éthiopien ; professeur associé d’histoire à l’Université d’Addis Abeba. Puis, à partir de 1989, il est le responsable des relations internationales de cette université.

Il a plusieurs publications dont un livre d’histoire de l’Éthiopie, les dictionnaires français-amharique et amharique-français, financés par l’ambassade de France en Éthiopie et co-écrits avec Eloi Ficquet, ancien élève d’amharique, actuellement MCF à l’EHESS.

6.        1965-1977 – Abba Jérôme [Gäbrä Mädhen Gäbrä Musé] (Érythrée 1881)

Une personnalité qui a déjà une longue carrière en  Éthiopie.

Il est né approximativement en 1881 dans le district du Säraé (Érythrée) dans une famille passée au catholicisme. Il fait ses études auprès des Lazaristes français à Massaoua, puis à Keren. C’est d’eux qu’il reçoit le nom de Jérôme.

Après l’expulsions des Lazaristes, il étudie chez les Capucins à Kärän puis à Asmara, parachevant ainsi sa formation en tigrigna (sa langue maternelle), en amharique, latin, ge`ez, français, italien et dans les diverses sciences religieuses.

Vers 1900, à l’âge de 19-20 ans, il est ordonné prêtre séculier de rite éthiopien. Il enseigne tout en travaillant à l’imprimerie des Capucins de cette ville. Vers 1918, il rompt avec les Capucins et quitte le clergé et l’Érythrée pour l’Éthiopie. Il entre alors au service du ras Täfäri alors Régent de l’empire et continue sous l’empereur Haylä Sellasé. Il remplit plusieurs missions en Europe.

Il apporte une aide constante et précieuse à tous les éthiopisants (M. Cohen, E. Cerulli, M. Griaule, M. Leiris, W. Leslau, D. Lifchitz, R. Schneider, S. Strelcyn, J. Tubiana, etc.), soit lors de leurs passages en Éthiopie, soit lorsque lui-même se rendait en Europe.
Il est délégué du gouvernement éthiopien auprès de la Mission Dakar Djibouti (1931-1933).

En 1941, après l’occupation italienne, il est nommé conservateur des manuscrits de la Bibliothèque nationale d’Addis Abeba.

C’est après sa retraite, en 1965, et grâce à l’appui de J. Tubiana, qu’il vient à Paris pour enseigner aux Langues Orientales la littérature amharique et le tigrigna ; et ce jusqu’en 1977. Il est mort sur la Côte d’Azur en 1983 et a été inhumé au carré des prêtres du cimetière de Cannes. Il a publié quelques petits ouvrages d’enseignement en tigrigna et en italien. Il y a également quelques travaux restés manuscrits.

Joseph Tubiana lui a tressé une guirlande (Guirlande pour Abba Jérôme, Paris, Le Mois en Afrique, 1983) dans laquelle on trouvera une biographie.

7.        1965-1974 – Makonnen Argaw [Mäkwännen] (Addis Abeba, 1935-2015)

Makonnen Argaw est né le 31 juillet 1935 à Metcha, près d’Addis Abeba dans une famille catholique du Choa. Il fréquente l’école traditionnelle et commence son éducation par l’apprentissage de la langue guèze avant d’entrer à l’Alliance française, puis au Lycée franco-éthiopien Guebré Mariam [Gäbrä Maryam] d’Addis Abeba où il est l’un des élèves pionniers de cette école de renom.

Après son baccalauréat, il poursuit ses études à Paris où il arrive en octobre 1960 en tant que boursier de l’École du Louvre où il étudie l’archéologie chrétienne et la muséologie et se forme au métier de conservateur. Il entre à Langues O’ comme répétiteur d’amharique en 1965 et assure cette fonction jusqu’en 1974.

Il est diplômé de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) IVe section en Études orientales, où il a fait son doctorat de troisième cycle en philologie éthiopienne sous la direction de Maxime Rodinson et de Joseph Tubiana. Sa thèse est publiée en 1984.

Il a été maître-assistant associé (1974-1981), puis stagiaire (1981-82) et titulaire en 1982. Il devient Maître de conférences en janvier 1988. Il a également été membre élu au Conseil d’administration. Il prend sa retraite en septembre 2001 et décède le 4 janvier 2015.

8.        1974-2014- Meaza H. Revol-Tissot (Érythrée, Asmara, 1949 -)

Meaza H. Revol-Tissot est la première femme répétitrice d’amharique en 1974. Elle soutient sa thèse sur le tigrigna en octobre 1998 à l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle en Langues et civilisations orientales et devient Maître de conférences de tigrigna à l’INALCO. Elle prend sa retraite en 2014 après 40 ans d’enseignement.


[1]Les informations qui figurent dans ce résumé ont pour source principale Deux siècles d’histoire de l’Ecole des langues orientales, Texte réunis par Pierre Labrousse, Editions Hervas, 1995. Les autres sources sont Guirlande pour Abba Jérôme, Travaux réunis par Joseph Tubiana, Le Mois en Afrique, Paris, 1983 ; « Makonnen Argaw, 31 juillet 1935 – 4 janvier 2015 »,  Delombera Negga, 2015 ; « In mémoriam Makonnen Argaw (1935-215) », Alain Rouaud, Bulletin de l’ARESAE, Paris, 2015.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emmanuel Lozerand (3 juin 2024). L’amharique et ses répétiteurs aux Langues O’. Histoire des Langues O' Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://histoirelo.hypotheses.org/73


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search